mercredi 5 mars 2014

L'autre Messie, Menahem l'Essenien.

Qui était "Menahem l'Essenien", un fragment de son histoire figure dans les manuscrits de la mer morte  en hébreu. selon l'auteur  Israël Knoh Son histoire est semblable à celle de Jésus, prêchant l'amour et tué par un romain abandonnée dans une rue et ressuscite le 3ème jour. Voici un lien intéressant sur le sujèt.  http://www.rhedae-magazine.com/Une-stele-mysterieuse-pourrait-bouleverser-la-perception-du-christianisme_a230.html

2 commentaires:

  1. Selon Robert Ambelain, le Jésus des évangiles serait un syncrétisme opéré par Saül de Tarse, afin de monter "son Église". Il aurait pris l'enseignement de Ménahem, et la personnalité d'un certain Ieshuah, fils de Juda de Gamala, qui fut effectivement crucifié par les Romains pour sédition, brigandage, etc...

    Ce Ieshuah était descendant de David, et à ce titre se considérait comme le roi des Juifs en lutte contre l'occupation romaine. Cela explique d'ailleurs certaines incohérences entre des passages violents des Évangiles, et l'enseignement de douceur qu'il était censé apporter.

    On notera que nulle part dans "le nouveau testament" il n'est fait mention des Esséniens, qui étaient pourtant une secte important à l'époque selon Flavius Josèphe. Il fallait les faire disparaître des récits historiques, puisque cette "nouvelle religion" voulait prendre la place. Et le ménage historique de Saül a été largement parachevé par le concile de Nicée, afin de rendre raide et "sans défauts" une doxa ne reposant au départ sur rien ou presque.

    Il est amusant de penser que Muhammad, quelques centaines d'années plus tard, a pris pour argent comptant l'enseignement de cette religion pour fonder la sienne dans un contexte où le polythéisme était la coutume (comme à Rome plus tôt). Il y a eu à chaque fois une tyrannie religieuse qui s'est installée, très pointilleuse et ne répugnant pas à la violence.

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressante ton intervention Bab

    RépondreSupprimer